Blog

L’incontinence par regorgement

Publié le 

L’ incontinence urinaire chez l’adulte est une cause de mal-être physique et bien souvent psychologique. Ce type de pathologie entraîne une gêne voire des complexes qui sont des obstacles dans la vie quotidienne et la vie intime. Il faut comprendre les causes et le fonctionnement de ce type de fuites pour trouver les bonnes solutions qui vous correspondent.

L’ incontinence par regorgement est un des troubles urinaires les plus fréquents chez l’homme, mais il peut aussi survenir chez la femme. On parle aussi d’incontinence « par trop-plein ». Elle arrive quand une trop grande quantité d’urine reste stockée dans la vessie. Pour se débarrasser de l’excédent d’urine, la vessie évacue fréquemment, et parfois même continuellement, des gouttes d’urine.

Quelles sont les causes de ce type d’ incontinence? Comment y faire face?

Les causes de l’ incontinence urinaire par regorgement

Elle peut d’abord être causée par la survenue d’un « obstacle » physique qui empêche l’évacuation normale de la vessie. Une pathologie prostatique, un épisode de constipation important et prolongé, une malformation de l’urètre sont autant de causes potentielles. L’activité normale de la vessie est gênée par un élément extérieur.

On parle ainsi de forme obstructive d’incontinence urinaire par regorgement. L’urètre ne peut pas fonctionner normalement, l’urine s’accumule dans la vessie et la paroi interne se distend progressivement. La rétention d’une quantité d’urine excessive provoque une pression à l’intérieur de la vessie. Cette pression intra-vésicale cause l’écoulement goutte à goutte, en permanence. L’obstacle ne peut être franchi que par petite quantité d’urine.

Mais cette forme obstructive n’est pas le seul type d’incontinence urinaire par regorgement. Elle peut aussi être la conséquence d’une perte de tonicité musculaire au niveau de la vessie. Cette dernière ne parvient alors pas à se contracter normalement. Or, ces contractions de la vessie sont indispensables à un fonctionnement normal de la vessie. L’urine s’écoule donc sous l’effet de la pression, en permanence, sans contrôle volontaire possible.

On parle alors d’incontinence fonctionnelle. Elle peut toucher les femmes au même titre que les hommes. La paroi de la vessie se distend de manière passive. Cette forme d’ incontinence par regorgement peut résulter de certaines pathologies comme le diabète ou une maladie neurologique. Les pathologies métaboliques comme le diabète sucré ou les maladies du système nerveux central altèrent le tonus musculaire et rendent difficiles voire impossibles les contractions vésicales nécessaires au déclenchement de la miction.

Certaines classes de médicaments comme les anti-dépresseurs ou les sédatifs peuvent également causer des troubles urinaires. En agissant sur le système nerveux, ils peuvent avoir des conséquences sur le fonctionnement de l’appareil urinaire. Les inhibiteurs de l’enzyme de conversion (IEC) et les bêtabloquants sont également susceptibles de déclencher une incontinence fonctionnelle par regorgement.

Les symptômes de l’incontinence urinaire par regorgement

Souffrez-vous de ce type d’incontinence? Comment la reconnaître?

Chez l’homme, ce trouble provoque dans la majorité des cas, des pertes d’urine en continu. La sensation évoquée par les patients qui en souffrent est celle que leur vessie est en permanence en train de « déborder ». Il n’y a donc pas de mictions abondantes incontrôlables. La personne peut se retenir d’uriner abondamment. En revanche, les fuites involontaires sont fréquentes, la nuit comme le jour.

Ce type de trouble urinaire se révèle quelque peu sournois : il ne provoque aucune véritable douleur en général. Le phénomène de regorgement n’est pas en lui-même une pathologie douloureuse. Mais, il peut être associé à une douleur existante due au motif de l’obstruction en cas d’incontinence obstructive.

Comment faire face? Quelles sont les solutions pour remédier à l’incontinence par regorgement?

Comme pour beaucoup de symptômes et de situations pathologiques, les réponses sont diverses car elles dépendent du type de trouble et de ses causes.

En cas d’incontinence par obstruction, il faut avant tout se débarrasser de l’obstacle qui gêne l’émission normale de l’urine au cours des mictions. Une intervention chirurgicale est souvent nécessaire. L’ablation de la prostate peut être une réponse ou une chirurgie urologique en cas de malformation de l’urètre.

La masse gênante ou l’obstacle sera retiré(e) et l’urine pourra donc s’écouler à nouveau normalement au cours des mictions volontaires. Mais la chirurgie n’est pas un recours systématique : certains médicaments permettent de réduire une inflammation de la prostate et de retrouver des facultés urinaires normales.

En cas d’incontinence fonctionnelle due à une pathologie nerveuse ou une pathologie du métabolisme, les solutions dépendent de la maladie. La prise en charge des troubles urinaires fait donc partie du suivi global du patient. Il ne faut pas hésiter à en faire part à votre médecin dès les premiers symptômes.

Il en va de même pour les incontinences à regorgement consécutives à la prise de médicaments. Dans ce cas aussi, la prise en charge dépend fortement de la maladie pour laquelle vous êtres traité.e. Si vous le signalez à votre médecin, un aménagement de votre traitement peut être envisageable. Le dialogue est crucial en la matière.

C’est très important dans la mesure où ce type d’incontinence peut entraîner un risque de « globe urinaire » ou de rétention urinaire. On pourra vous proposer un sondage à plusieurs reprises dans la journée. La vessie se trouvera ainsi libérée par l’évacuation de l’urine.

Dans certains cas de vessies hypotoniques sans que cela soit imputable à une pathologie ou à un traitement médicamenteux, il est possible d’envisager une rééducation de la vessie et un entraînement à la miction par une hygiène de vie adaptée. Des kinésithérapeutes spécialisés dans la rééducation urologique peuvent être des alliés précieux pour vous aider à retrouver des mictions normales sans fuites. Certains traitements médicamenteux sont également envisageables dans des situations précises.

Quelle que soit votre situation, il est primordial de parler de vos troubles urinaires dès qu’ils surviennent. Des solutions existent et dépendent de votre situation. L’évaluation de votre cas par un spécialiste est indispensable à une prise en charge efficace. Ne vous laissez donc pas enfermer dans le piège d’un tabou qui ne peut que générer inconfort et souffrances au quotidien!