Blog

L’incontinence et l’importance d’une bonne hygiène corporelle

Publié le 

L’incontinence chez l’adulte et la personne âgée n’est jamais quelque chose de facile à vivre. A côté de l’inconfort, de la gêne et du mal-être qu’elle peut engendrer, elle est également source d’autres inconvénients concernant la zone intime. Irritations, odeurs ou encore développement de bactéries, les répercussions d’une mauvaise hygiène en situation d’incontinence peuvent être particulièrement néfastes pour la santé.

Incontinence urinaire, causes et répercussions

En prenant de l’âge, le corps doit faire face à quelques répercussions liées à son vieillissement. C’est par exemple le cas concernant l’incontinence urinaire. Celle-ci se définit par une perte involontaire d’urine plus ou moins importante. Ces fuites urinaires peuvent être causées par différentes raisons dont la principale est bien souvent la diminution du fonctionnement des muscles du périnée. Ces muscles s’affaiblissant, le corps a du mal à contrôler les sphincters et ainsi l’évacuation des urines. Cette incontinence peut également provenir d’autres problèmes de santé ou de problèmes fonctionnels compliquant les allées et venues aux toilettes.

Tout ceci peut laisser place à différents types d’incontinence urinaire allant de l’incontinence totale à l’incontinence survenant suite à un éternuement, une marche à pied ou encore une toux. Lorsque vous devez faire face à ces problèmes, il est primordial que vous preniez soin de votre corps. Cela commence par adopter une hygiène impeccable.

L’importance d’une bonne hygiène corporelle

Comme dit précédemment, l’incontinence représente une perte involontaire et incontrôlée des urines. Quand une perte a lieu, elle plonge donc votre intimité dans un milieu humide et ce, pour une durée indéterminée. Il se pourrait que vous soyez en sortie et que vous n’ayez pas immédiatement accès aux toilettes ou à un endroit approprié pour vous changer. Cette humidité régulière peut donc être l’endroit idéal pour le développement de bactéries dû à une macération en endroit humide ou l’apparition d’irritations diverses. Pour éviter ces conséquences néfastes, une hygiène corporelle irréprochable est à privilégier.

Quels sont les règles et habitudes à adopter ?

La peau peut facilement et rapidement être endommagée suite à une exposition régulière en milieu humide. Irritations et rougeurs peuvent apparaître jusqu’à créer des infections et des ulcères si la peau n’est pas soignée comme il le faut. Pour pallier à ces risques, plusieurs mesures sont à prendre.

Premièrement, il est primordial de procéder régulièrement à une toilette intime et d’en profiter pour changer de protection. En effet, les personnes souffrant d’incontinence urinaire voient leur risque de développer des mycoses et autres bactéries augmenter. Pour cette raison, une toilette intime régulière permettra de garder un environnement plus sain sans risque de macération ou d’apparition bactérienne néfaste. De plus, lorsqu’une protection est humide, elle devient l’endroit idéal pour une prolifération de microbes. En changer le plus souvent possible permet ainsi de réduire ces risques.

Deuxièmement, se laver avec un produit adapté permettra à la peau de ne pas être agressée à outrance. Effectivement, la peau déjà fine au niveau de l’intimité se trouve déjà être affaiblie par l’humidité environnante et les toilettes répétitives. Si, en plus, elle est nettoyée à l’aide d’un produit agressif, elle ne pourra pas se réparer et se défendra contre ces agressions répétitives. Pour lui éviter un tel désagrément, l’utilisation d’un savon au PH neutre ou proche de celui de la peau semble essentiel. Il serait même judicieux d’opter pour un savon 100% naturel respectueux de l’épiderme et de sa composition. Si le nombre de toilette par jour est élevé, il sera même mieux de n’utiliser que de l’eau claire et d’avoir recours à un savon qu’une ou deux fois sur la journée.

Troisièmement, lorsqu’il est temps de procéder à la toilette, il faut le faire le plus simplement possible. Ne pas utiliser un gant, ni une fleur de douche ou un quelconque tissu pour appliquer l’eau ou le savon approprié sur l’intimité. Véritables nids à bactéries, ils ne feraient qu’augmenter le risque de mycoses et autres pathologies. La meilleure option est d’appliquer le savon à la main qui, en plus d’être saine une fois lavée, sera beaucoup plus douce que n’importe lequel des tissus.

Dernièrement, il est inutile d’agresser la peau plus qu’elle ne l’est déjà. Pour cette raison, il faut éviter de frotter son intimité avec une serviette inappropriée. Cela ne ferait que risquer une irritation supplémentaire à celle déjà existante. Or, ici, le but est de permettre un soulagement de la situation et non d’empirer les choses. La meilleure solution est donc d’opter pour un tissu doux et respectueux. A côté du matériel utilisé, il vaut également mieux adopter la bonne technique. Il est ainsi essentiel de ne pas frotter l’intimité car, au bout de plusieurs toilettes quotidiennes, frotter cette zone relèvera finalement du supplice. La bonne technique à mettre en place est plutôt de tamponner les organes génitaux pour les sécher. Ainsi, ils seront séchés sans être agressés.

Il reste important de préciser que, pour une femme, au moment de pratiquer la toilette de cette zone sensible, il ne faut en aucun cas laver le vagin lui-même. Il est essentiel de se concentrer sur la vulve et donc l’extérieur des zones génitales et non sur l’intérieur de l’intimité. Le vagin en lui-même dispose d’un système auto-nettoyant, y appliquer un quelconque savon pourrait mettre en péril sa flore et son équilibre.

L’ensemble de ces conseils mis en pratique et l’utilisation de protections adaptées permettront déjà des sensations plus confortables tout au long de la journée. En plus de tout ceci, le principal reste évidemment d’en parler à un médecin afin de recevoir des conseils et traitements adaptés à chacun.