Blog

Énurésie nocturne chez l’enfant

Publié le 

De nombreux enfants vont librement aux toilettes pendant la journée ou avant d’aller au lit. Mais pendant le sommeil, il peut leur arriver de « mouiller le lit » involontairement. Plusieurs causes sont souvent à l’origine de cet état de choses. Une prise en charge médicale est nécessaire dans certains cas pour pallier cette incontinence. Nous vous en disons plus dans cette rubrique.

 

Qu’est-ce que l’énurésie nocturne ?

L’énurésie est le terme médical pour désigner le « pipi au lit » : une miction involontaire, complète et inconsciente qui se produit pendant le sommeil. L’enfant urine complètement sur sa couche sans s’en rendre compte. On ne peut réellement l’envisager chez un enfant qu’à partir de 5 ans, l’âge auquel le contrôle physiologique du sphincter de la vessie est acquis.

Mais chez certains tout-petits, il faut compter quelques mois supplémentaires, parfois même des années, avant qu’ils y arrivent. Pour des raisons qui restent encore inconnues, l’apprentissage de la maîtrise de leur vessie durant le sommeil est plus lent. Un tel retard n’est habituellement pas le signe d’une pathologie, d’un trouble cognitif ou encore d’un trouble émotionnel. Il est plutôt question d’une étape de croissance à franchir.

Lorsqu’elles ne sont pas associées à un trouble urinaire, les mictions nocturnes disparaissent généralement d’elles-mêmes avec le temps. Cependant, une prise en charge médicale devra être envisagée en cas d’évolution du phénomène.

 

Quelle est la cause de cette incontinence nocturne chez l’enfant ?

On distingue de façon générale, l’énurésie totale (l’enfant mouille le matelas toutes les nuits), intermittente (les mictions surviennent de manière irrégulière) ou épisodique (l’enfant fait « pipi au lit » de façon exceptionnelle au cours d’une maladie, d’une séparation, d’un événement familial marquant, etc.

La plupart du temps, l’incontinence urinaire est liée à un sommeil profond. La vessie du jeune enfant est pleine, mais cela ne le réveille pas. On constate là un retard dans le processus de maturation naturelle de la vessie. Le trouble disparaîtra lorsque le retard sera rattrapé. Parallèlement, certains enfants possèdent une petite vessie ou produisent assez d’urine pendant la nuit, situations qui concourent à la survenance de l’énurésie nocturne.

Dans certains cas rares, particulièrement si l’incontinence apparaît soudainement alors que l’enfant était « sec » depuis plus de 6 mois, on pourrait soupçonner un problème physiologique (apnée du sommeil, diabète de type 1, infection urinaire…) ou un problème psychologique (irritation, trouble du comportement, stress…). En effet, certains épisodes de « pipis au lit » peuvent être liés à une réaction de stress que l’enfant vit, par exemple, une première rentrée scolaire, l’arrivée d’un bébé, un déménagement, etc.

 

Existe-t-il des traitements ?

Puisque l’incontinence urinaire de l’enfant n’est pas une maladie, elle ne nécessite à priori pas de traitement médical. Les mictions cessent toujours tôt ou tard. Mais plus l’incontinence est ancienne, plus son arrêt spontané est difficile. D’où la nécessité d’une assistance médiale pour certains enfants de plus de 6 ans qui vivent mal ces périodes : manque de confiance en soi et embarras, notamment lors des visites à la famille ou à des amis, ou pendant un camp de vacances.

 

Les mesures éducatives et hygiéniques

Il est important de garder en tête que l’enfant ne fait pas exprès de mouiller son lit. Il faut donc lui redonner confiance, ne pas l’humilier ni le culpabiliser. Punir un enfant n’a aucun intérêt face à un problème de mictions nocturnes. Cela pourrait au contraire aggraver la situation.

En discutant avec l’enfant, le médecin pédiatre va savoir s’il est plutôt mal à l’aise ou indifférent à son symptôme. Le praticien va ensuite expliquer au petit le mode de fonctionnement de la vessie, et les causes probables de l’immaturité temporaire de son système urinaire. Enfin, il va mettre en place des règles d’hygiène et de diététique qui aideront l’enfant à éviter « les accidents » :

• uriner régulièrement pendant la journée ;

• apprendre à être attentif aux signaux de sa vessie ;

• éviter de retenir les urines ;

• ne pas trop boire avant d’aller au lit ;

Les parents peuvent installer une veilleuse pour permettre à l’enfant d’aller facilement aux toilettes dans la nuit, ou lui proposer des sous-vêtements adaptés à l’incontinence urinaire. Ces accessoires ne ressemblent plus à des couches qui peuvent stigmatiser. Ce sont aujourd’hui des sous-vêtements assez discrets, certains sont à l’effigie des héros de dessins animés préférés des enfants ! Un excellent moyen de les accompagner psychologiquement.

 

Les traitements médicamenteux

L’adoption d’un traitement médicamenteux contre l’énurésie nocturne n’est pas systématique. Les professionnels de la santé recommandent plutôt une prise en charge qui repose en premier lieu sur des mesures hygiéniques et éducatives. En cas d’échec, un traitement médical ou comportemental peut être initié, mais après l’âge de 6 ans.

Le médecin peut alors prescrire un médicament qui atténue la production d’urine durant le sommeil. Cela pourra être utile dans des occasions particulières, comme lors d’un séjour chez un ami ou dans un camp. D’autres antidépresseurs ou anticholinergiques peuvent également être prescrits. Certains experts pensent que ces produits peuvent rendre le sommeil de l’enfant plus léger ou amoindrir les spasmes de sa vessie. Mais attention, ces médicaments sont susceptibles d’avoir des effets secondaires, et leur efficacité n’est pas toujours garantie.

 

La prise en charge psychologique de l’enfant

Au besoin, une assistance psychologique peut permettre à l’enfant de mieux s’impliquer dans son traitement. Le spécialiste utilisera des jeux et des figurines pour amener l’enfant à mieux exprimer son ressenti. Progressivement, le psychologue l’aidera à reprendre confiance en lui-même, et à surmonter son problème d’énurésie.

L’alarme sonore

L’alarme « stop pipi » est un dispositif électrique qui déclenche une sonnerie dès que l’enfant commence à sortir des gouttes d’urine. Instantanément, la sonde détecte l’humidité, puis la sonnerie retentit, et réveille l’enfant. Ce dernier peut alors se lever pour finir d’uriner aux toilettes. Le but est d’apprendre aux tout-petits à se réveiller par réflexe lorsque leur vessie est pleine. L’usage de cet appareil est efficace à long terme dans la plupart des cas.

Publié dans , Incontinence, L'élimination