Blog

Incontinence neurogène

Publié le 

Incontinence neurogène

Incontinence neurogène : de quoi s’agit-il ? Quelles solutions pour la traiter ?

Une incontinence urinaire désigne une perte involontaire d’urine par l’urètre. Elle peut survenir le jour ou la nuit, mais toujours en dehors des épisodes mictionnels volontaires. Il s’agit en général d’un symptôme associé à un trouble physique et non d’une maladie. L’incontinence existe en plusieurs types et se rencontre souvent chez les personnes en âge avancé. La majeure partie des patients touchés sont de la gent féminine. Cependant, avec l’incontinence réflexe ou neurogène, nombreux sont les hommes à en être atteints. De plus, ce type symptôme n’est pas causé des troubles physiques. Il résulte de problèmes neurologiques et survient au repos.

Un genre d’incontinence généré par des troubles neurologiques ? Explications

L’action d’uriner requiert une bonne coordination entre la vessie et les muscles sphinctériens. De ce fait, elle requiert un travail du système nerveux. Lorsque suite à un accident ou à cause d’une malformation, le système nerveux central ou périphérique présente des anomalies, une incontinence neurogène peut se produire. Celle-ci appartient à la famille des incontinences par urgenterie.

Un patient atteint d’un trouble neurologique peut présenter un trouble mictionnel appelé vessie neurologique. L’incontinence urinaire fait partie des symptômes de celle-ci. Toutefois, le patient peut également ressentir un besoin trop fréquent ou trop rare d’aller aux toilettes. Dans certains cas, les mictions sont désordonnées. Le diagnostic d’un urologue est indispensable dans une telle situation, car les symptômes d’un trouble de la vessie sont nombreux. Aussi, la présence de fuites urinaires n’est pas obligatoire.

Une vessie neurologique est une conséquence d’un traumatisme au niveau du cerveau, des nerfs périphériques ou de la moelle épinière. Ses symptômes changent, selon la gravité de la lésion rencontrée et de la zone touchée par le traumatisme.

Lorsque la moelle épinière est gravement blessée, la vessie peut devenir flasque. Suite à cela, elle perd sa capacité à se contracter et à retenir l’urine de manière constante. Une blessure au niveau de la moelle épinière peut aussi provoquer une vessie spastique (sous forme de spasme). Il s’agit d’un phénomène durant lequel la vessie se contractant de manière intense devient incontrôlable.

Un traumatisme crânien, une sclérose en plaques ou le plus souvent un AVC sont des causes pouvant expliquer un trouble connu comme « vessie non inhibée ». Les personnes atteintes par cette dernière n’arrivent plus à contenir normalement l’urine. Les pathologies comme le diabète ou la maladie de Willis peuvent provoquer des dysfonctionnements au niveau du système nerveux périphérique. Dans une telle situation, l’individu ne parvient plus à vider sa vessie.

Quelles solutions médicales adopter face à une incontinence neurogène ?

Les patients qui souffrent d’une vessie neurologique doivent consulter un urologue. Ce dernier est un spécialiste hautement qualifié. Après une première consultation, le professionnel de santé établit un bilan sur l’appareil urinaire dans son ensemble. Grâce à différentes analyses, il détermine les facteurs de risque de dégradation de la santé de son patient. En vue de disposer de toutes les informations nécessaires à une évaluation rénale, l’urologue effectue une échographie rénale. Il a aussi recours à un ionogramme sanguin.

Il doit également effectuer une évaluation complète de la vessie. Pour ce faire, fibroscopie de l’urètre et de la vessie, bilan urodynamique, cystographie rétrograde font partie des examens indispensables. Le premier bilan du professionnel de santé spécialisé vise à évaluer de façon précise la situation du patient. Ensuite, il permet de choisir les meilleurs traitements.

Un patient souffrant d’une vessie neurologique peut bénéficier de plusieurs types de traitement. En premier lieu, il faut savoir qu’il existe des traitements médicamenteux. Certains d’entre eux ont pour objectif d’aider la vessie à mieux stocker l’urine. Ils conviennent aux personnes ayant des difficultés à contenir les mictions. D’autres traitements sont prévus pour les patients dont les mictions sont rares. Pour ces individus, l’urologue prescrit des médicaments ayant pour effet l’amélioration du fonctionnement de la vessie et des sphincters.

Après consultation et réalisation d’examens, un urologue peut proposer à son patient des traitements chirurgicaux. Le choix de la meilleure intervention chirurgicale sur une « vessie neurologique » dépend de la pathologie rencontrée. En effet, pour chaque type d’affection touchant la vessie, il existe un type d’opération chirurgicale plus adapté.

En cas de constat de fuite urinaire, il vaut mieux consulter un spécialiste. Il faut toujours se rappeler qu’une incontinence urinaire peut avoir plusieurs causes. Elle n’est pas toujours le fruit d’un trouble neurologique. Un bilan établi par un urologue permet d’identifier les réelles causes des symptômes ainsi que les traitements à choisir.

Les personnes souffrant d’incontinences peuvent avoir recours à des protections anatomiques. Plusieurs marques proposent aujourd’hui différentes versions de ce type de dispositif. Les protections anatomiques mixtes conviennent aux femmes et aux hommes sujets à toutes sortes de fuites urinaires. Elles garantissent un bon niveau de confort et s’avèrent faciles à utiliser. Elles sont aussi appréciées pour leur discrétion et leur efficacité.