Blog

L’urètre féminin

Publié le 

Urètre féminin

Mieux connaître le fonctionnement de l’urètre féminin ainsi que les pathologies associées est important afin d’apporter des solutions adaptées et gagner en confort de vie.

L’incontinence urinaire souvent sujet tabou peut pointer le bout de son nez à tout moment de la vie de la femme (accouchement, ménopause). Connaître les gestes de bon sens à adopter, ainsi que les moyens pour mieux gérer ses fuites urinaires permet de continuer de vivre en toute sécurité sa vie de femme.

Découvrons ensemble son anatomie

  • L’urètre féminin est un conduit qui permet la sortie de l’urine.
  • Il est très court, environ 3,5 cm : ce qui entraîne une prédisposition aux infections urinaires tels que la cystite ou l’incontinence.
  • Il se situe sur la vulve entre le clitoris et le vagin.
  • Il est divisé en deux parties : l’urètre pelvien entouré par le sphincter de la vessie et l’urètre périnéal entouré par le muscle sphincter urétral souvent sensible aux traumatismes du périnée.
  • Il joue un rôle essentiel sur la miction (canal conduisant l’urine vers l’orifice urinaire)et travaille en lien avec la vessie.
  • Il permet de retenir ou non l’urine grâce aux sphincters.

Comprendre ses actions

Son fonctionnement

  • L’urètre féminin dispose d’un système sphinctérien qui permet d’uriner au moment choisi.
  • Ce système comprend des fibres musculaires toniques lorsque tout fonctionne normalement et des fibres musculaires faibles quand il y’a incontinence urinaire.
  • Quand la vessie contient environ 200 ml d’urine, le cerveau transmet alors le message « envie d’uriner »
    • L’urine libérée par les reins s’écoule par deux uretères en direction de la vessie.20
  • A la sortie, se trouve le sphincter vésical qui retient et relâche l’urine.
  • Les contractions et relâchements sont involontaires : quand vous êtes sur le wc, le sphincter se relâche, les muscles vésicaux se contractent afin d’évacuer l’urine.

Certains troubles de l’urètre peuvent se développer chez la femme

Voici quelques exemples de ces pathologies associées

l’incontinence urinaire :

Quand le sphincter se relâche de manière involontaire se produisent alors des fuites urinaires.

Il existe plusieurs types d’incontinences urinaires. Les traitements proposés seront soit une rééducation périnéale ou un traitement médicamenteux.

Le traitement chirurgical est proposé après échecs des traitements précédents pour une incontinence urinaire d’efforts.

l’urétrite :

La longueur courte de l’urètre féminin et sa proximité des zones vaginales et anales sont la cause de cette inflammation.

La femme ressentira alors des désagréments comme des fortes brûlures lors de sa miction.

L’urétrite peut également être la source de maladies sexuellement transmissibles (MST) qu’il faudra rechercher pour traiter.

La sténose :

C’est le rétrécissement de l’urètre qui va se produire après avoir fait une infection urinaire ou contracté une MST.

5 clés pour mieux gérer vos fuites urinaires

1) Discutez-en avec votre médecin traitant qui vous guidera vers les professionnels de santé adaptés comme le kiné pour une rééducation périnéale ou un spécialiste de l’appareil urinaire.

2) Buvez 1,5 l d’eau au quotidien : Beaucoup de femmes pensent à tort qu’en réduisant leur consommation d’eau, elles contrôleront mieux leurs envies pressantes. Cependant, il y’aura dans ce cas plus d’infections urinaires à cause de la concentration des urines. L’organisme a besoin d’éliminer chaque jour toxines et déchets grâce aux reins. Par contre, il est fortement recommandé de réduire vos boissons le soir, afin de ne pas perturber votre sommeil par des envies pressantes à toute heure.

3) Anticipez lors de vos sorties :

Il est conseillé d’utiliser des changes mobiles ou pants afin d’augmenter votre bien-être et de gérer au mieux vos fuites urinaires. Ces changes ou pants sont très efficaces, confortables et pratiques. Ils vous permettront de rester au sec, sans odeur la journée tout en continuant vos activités sereinement.

4) Ayez une bonne alimentation pour conserver un bon transit :

Toute constipation affaiblira le plancher pelvien, sera facteur d’incontinence urinaire. Privilégiez donc lors de vos menus les fibres (poireaux, laitue, épinards), le pain complet pain aux céréales, le son, les fruits (pruneaux,amandes, noisettes),

En effet, un bon transit permet de ne pas exercer de pressions sur la vessie.

5) Pratiquez un sport doux pour ne pas trop solliciter les muscles du périnée tels que le yoga, la marche, la natation.