Catégories

Le nombre de divorces en hausse chez les seniors

Blog

 

Au fil des siècles, le mariage a revêtu plusieurs formes : tantôt par nécessité, tantôt par praticité ou tantôt uniquement par amour. Il y a encore un demi-siècle, le mariage et toute sa symbolique était une chose très importante, voire une condition indispensable à la création d’une famille. De nos jours, la notion de mariage, bien que toujours présente dans le cœur des couples, à tendance à être reléguée au second plan : le mariage n’est plus la condition pour pouvoir construire un foyer.
A l’opposé, le divorce, il y a encore plusieurs dizaines d’années, était une exception. Le divorce, souvent symbole d’échec personnel, était très mal vécu par ceux qui en prenaient la décision et très mal perçu par la société en général. Pourtant, de nos jours, alors que le mariage recule, le divorce gagne du terrain. La principale raison de l’augmentation du nombre de divorces chez les seniors est toute simple et réside en grande partie dans l’évolution des mœurs.

Quelques statistiques du nombre de divorces en France et en Belgique

Concernant la France et la Belgique, depuis les années 2000, le nombre de divorces est en constante augmentation. Il faut savoir que, de nos jours, près d’un mariage sur deux se terminera par un divorce. Par ailleurs, les couples décident de se marier plus tard, du fait de l’allongement des études par exemple.
En France, en 2015, près de 24000 couples âgés de 60 ans et plus ont décidé de divorcer alors qu’en 2005 ils n’étaient que 15000.
En Belgique, on peut observer une certaine similitude avec ce qui se passe dans notre pays.
Les divorces sont passés de 379 en 2008 à 454 en 2018 pour la tranche d’âge 65-69 ans, alors que pour les 40-44 ans le nombre de divorces est en baisse : 6780 en 2008 à 3908 en 2018.
On constate donc que chez les seniors, le nombre de divorces augmente plus rapidement que dans les autres tranches d’âge.

Quelles sont les principales raisons de la hausse de divorces chez les seniors ?

La fin de la peur du regard des autres

Pendant très longtemps, le divorce était très mal perçu par les autres personnes, qu’elles soient mariées ou célibataires. On attribuait bien souvent la faute à la femme, à son incapacité à rendre heureux son mari, à son incapacité à éduquer ses enfants ou encore à un acte de tromperie. Le mari, la plupart du temps, n’était pas inquiété.
Mais de nos jours, avec l’évolution des mentalités, le divorce n’est bien souvent plus attribué à une seule personne mais bien au couple dans son intégralité, chacun reconnaissant ses torts, même parmi les seniors.
D’ailleurs, le divorce s’est banalisé au point qu’il en devienne presque normal comme un simple accident de parcours dans une vie.

Le statut de la femme

Il faut savoir que la femme n’a obtenu le droit de travailler sans demander l’accord de son mari que depuis 1965 ! Avant cela, la femme pouvait certes travailler mais elle avait surtout pour rôle de tenir la maison et de s’occuper des enfants. Ce fut donc à partir de 1965 que la femme a pu accéder plus facilement au monde du travail et par la suite à des améliorations de son salaire pour qu’il se rapproche de celui d’un homme.
Ayant obtenu une indépendance financière lui permettant de vivre sans forcément dépendre d’un mari, la femme a donc plus de possibilités, lui permettant, lorsque le moment de la retraite arrive, à franchir le pas et à divorcer si la situation le nécessite.
Par ailleurs, il faut savoir que la plupart du temps, dans un couple de seniors, c’est la femme qui est à l’origine de la demande de divorce.

Le passage à la retraite

Le moment du départ en retraite est un événement attendu avec impatience pour tout travailleur. Mais lorsque ce dernier arrive, il en découle un changement de mode de vie radical car le couple de seniors se retrouve à vivre l’un à côté de l’autre, tout le temps, tous les jours. C’est à ce moment-là que bien souvent l’un des deux commence à ressentir un sentiment d’étouffement.
En effet, lorsqu’un couple travaille, il se retrouve le soir pour se raconter ce qui s’est passé la journée, le week-end pour passer un moment à deux et profiter le plus possible de choses agréables. Les divergences ou sources de tensions sont bien souvent atténuées car entrecoupées de périodes où le couple vit sa vie de son côté, notamment en s’épanouissant dans son travail.
Au moment de la retraite, ces instants où chacun œuvre de son côté n’existent plus. Et c’est donc à ce moment-là que les exaspérations de toutes sortes remontent à la surface et que le quotidien devient alors impossible à vivre pour le couple : le divorce devient alors inévitable.

Le départ des enfants

Le fait d’élever des enfants permet bien souvent à un couple de renforcer leur union et d’éviter un divorce. En effet, dans l’intérêt de l’éducation de leurs enfants, les parents doivent être en capacité de pouvoir faire des concessions, de travailler ensemble pour trouver des solutions acceptables par tous les membres de la famille afin de résoudre au mieux les conflits.
Parfois, certains couples, n’éprouvant plus d’amour l’un envers l’autre, restent malgré tout ensemble, dans le seul but de continuer à élever leurs enfants de la manière la plus stable possible. Mais une fois que les enfants quittent le cocon familial, les parents redevenus simple couple de seniors se retrouvent seuls face à leurs problèmes d’époux et non plus ceux de parents, ne parvenant pas à les résoudre, ils prennent alors la décision de divorcer.

L’allongement de la durée de vie

Grâce notamment aux progrès de la science dans le domaine médical, les seniors ont une espérance de vie de plus en plus longue et dans de bonnes conditions. Du coup, surtout lorsque le couple s’est formé lorsqu’il était très jeune, le couple devenu senior se retrouve sans envie ou projet commun car ayant déjà eu une vie bien remplie.
L’envie de nouveauté, de liberté, de rencontrer de nouvelles personnes, voire de connaître un nouvel amour, pousse de plus en plus de couples de seniors à franchir le pas et à recourir au  divorce comme échappatoire afin de pouvoir profiter le plus possible, sans regrets, de ces années supplémentaires qui leur sont offertes.

Published in