Blog

La phytothérapie pour lutter en douceur contre l’incontinence urinaire

Publié le 

 

L’incontinence concerne 25% de la population féminine française de plus de 50 ans et 15% de la population masculine de plus de 60 ans. Parmi les principaux facteurs en cause dans la diminution de la tonicité de la vessie, on compte : l’obésité, le diabète, la ménopause, la pratique de certains sports inadaptés, et le tabagisme. S’il ne s’agit pas d’un problème de santé à proprement parler, ce trouble peut se révéler particulièrement gênant : la plupart des personnes touchées sont impactées dans leur vie sociale, sexuelle et professionnelle. C’est également un facteur de stress important, accentué par le côté “tabou” de ce phénomène. En effet, beaucoup de personnes préfèrent dissimuler leurs problèmes à leurs proches et éprouvent des difficultés à l’évoquer auprès de leur médecin de peur de se voir prescrire des traitements médicamenteux contraignants. Bonne nouvelle : il existe des solutions naturelles dont la phytothérapie pour lutter efficacement contre les problèmes d’incontinence urinaire.

Incontinence : les méthodes naturelles qui ont fait leurs preuves

La rééducation périnéale pour combattre les fuites urinaires

Plusieurs méthodes existent pour remuscler une zone périnéale affaiblie :

  • la méthode manuelle
  • l’électro-stimulation
  • le biofeedback

Après avoir établi un diagnostic initial, un kinésithérapeute spécialisé en uro-gynécologie est à même de proposer le dispositif adéquat, en fonction des muscles périnéaux à cibler dans le cadre de la rééducation.

Certains appareils d’électro-stimulation peuvent également être remboursés par la sécurité sociale, afin de continuer les exercices à domicile.

En cas d’incontinence urinaire à l’effort, votre praticien pourra vous encourager à pratiquer les exercices de Kegel, un entraînement spécifique des muscles du plancher pelvien. Ces exercices visent à tonifier les muscles soutenant la vessie et empêchant les écoulements d’urine. D’une efficacité redoutable, ils sont destinés aux hommes comme aux femmes et consistent en une alternance de contractions et décontractions des muscles formant le plancher pelvien.

Les bienfaits des plantes

Certaines plantes possèdent des propriétés très intéressantes dans le traitement de l’incontinence urinaire. Consommées sous formes de sirop, de poudre ou d’infusions, elles sont sélectionnées pour leurs vertus astringentes, apaisantes ou purifiantes qui agissent efficacement sur l’appareil urinaire. Cependant, avant de commencer une cure de plantes et afin de profiter pleinement de ses bénéfices, il est primordial :

  • d’identifier le type de dysfonctionnement urinaire dont vous souffrez (incontinence à l’effort, incontinence par impériosité ou incontinence mixte réunissant les deux premiers types), afin de choisir les essences appropriées.
  • de contrôler l’origine des plantes à consommer, en sélectionnant de préférence celles issues de l’agriculture biologique.

La phytothérapie : une efficacité prouvée

Si la guimauve, le fenouil ou encore le thuya sont communément utilisés pour soulager les troubles urinaires de toute sorte (infections urinaires, prostatites etc.), d’autres plantes sont prescrites en phytothérapie pour lutter plus spécifiquement contre l’incontinence urinaire.

L’ortie jaune

Également connue sous le nom de lamier jaune, cette variété d’ortie est l’une des plantes les plus efficaces pour traiter les cas d’incontinence urinaire. Elle se consomme sous forme de tisane, en laissant infuser une cuillère à café de fleurs dans un bol d’eau, porté à ébullition pendant 5 minutes. Cette décoction se boit le matin à jeun de préférence, durant 5 semaines.

La prêle des champs

Les feuilles de cet arbustes sont utilisées en médecine naturelle pour ses nombreuses propriétés. La consommation de cette plante astringente permet de réduire l’inconfort urinaire mais aussi de renforcer les tissus internes de la vessie pour un meilleur contrôle de cet organe. De plus, ses vertus diurétiques permettent de normaliser le fonctionnement de l’appareil urinaire en aidant la vessie à se vider naturellement. Elle peut être consommée sous forme de décoction, en mélangeant 4 cuillères à café de feuilles et fleurs séchées à 1 litre d’eau. Une fois la préparation filtrée et infusée, elle se boit matin, midi et soir durant 3 semaines minimum.

L’épilobe

Cette herbacée à petites fleurs est indiquée dans le traitement de l’hypertrophie bénigne de la prostate, pathologie entraînant chez les hommes d’un certain âge une miction plus fréquente et souvent laborieuse. Grâce à son action décongestionnante et anti-inflammatoire, l’épilobe ralentit le grossissement de la prostate et atténue le besoin irrépressible d’uriner. Là encore, la tisane est le moyen le plus courant de consommer cette plante, la posologie étant d’une cuillère à café dans une tasse d’eau bouillante, à consommer quotidiennement, en cure de 2 à 3 mois.

La cannelle

La cannelle possède elle aussi des propriétés astringentes particulièrement appropriées contre l’incontinence urinaire nocturne. Ainsi, mâcher un bâton de cannelle avant de se coucher est une habitude peu contraignante et très efficace à cet effet. L’infusion de cannelle, réalisée en immergeant l’écorce de la plante dans une tasse d’eau bouillante, aura les mêmes vertus.