Votre santé

La maladie de Parkinson

Publié le 

La maladie de Parkinson est une pathologie chronique neurodégénérative affectant le système nerveux central. Elle est causée par une disparition progressive et irréversible de neurones dopaminergiques essentiels pour le fonctionnement de notre cerveau. En conséquence, cette anomalie de la structure cérébrale provoque d’importantes complications motrices.

Les statistiques recensent en 2013 plus de 6 millions de personnes à travers le monde atteintes par la maladie de Parkinson, dont 1,2 millions en Europe. C’est l’Asie qui reste le continent le moins affecté par cette pathologie. À l’échelle mondiale, on la diagnostique chaque année chez plus de 300 000 patients.
Au niveau des âges, les troubles liés au Parkinson surviennent généralement entre 50 à 70 ans. On estime qu’une personne sur cent en serait atteinte à 65 ans et ce pourcentage est doublé au-delà de 70 ans.

Explication

Le célèbre neurotransmetteur « dopamine » est un messager chimique produit par le système nerveux central. Cette molécule permet de transmettre les informations d’un neurone à un autre. Elle est responsable de la maitrise du mouvement et est également impliquée dans les émotions comme le plaisir. À vrai dire, c’est la dopamine qui influence notre comportement ainsi qu’un grand nombre de fonctions de notre corps. Sachant cela, nous pouvons en déduire que si certaines zones du cerveau pâtissent d’un déficit en dopamine, la personne souffrante perd une part du contrôle de ses mouvements, faisant progressivement place à des difficultés de coordination, tremblements ou gestes rigides.

Origine

L’origine de la perte progressive de neurones caractérisant la maladie de Parkinson reste encore inconnue. Selon le consensus actuel, les scientifiques estiment qu’un ensemble de facteurs génétiques et environnementaux interviennent, bien que leur implication soit difficilement évaluée. La dégénérescence neuronale peut donc être le résultat de facteurs transmis par héritage génétique ou se développer suite à une exposition prolongée à des éléments toxiques comme les polluants chimiques, pesticides ou drogues fortes (héroïne). Toutefois, l’hérédité serait une cause prédominante lorsque la maladie survient avant la cinquantaine.
À l’opposé, on ajoutera qu’il existe des facteurs qui combattent les effets de cette maladie, à l’instar des antioxydants, vitamine B6 ou encore le café. Cependant, leurs bienfaits sont faiblement démontrés.

Symptômes

Les symptômes de cette maladie sont généralement assez connus. Le plus célèbre d’entre eux est le tremblement, qui commence souvent par un doigt pour gagner ensuite tout le bras et finalement les autres membres du corps. Très fréquente également, la raideur des articulations débute habituellement dans les jambes et dans le cou, pouvant parfois éveiller une sensation douloureuse.
Par ailleurs, la personne atteinte par la maladie de Parkinson remarque encore une lenteur de mouvement de plus en plus marquée, provoquant avec le temps une régression de ses capacités motrices jusqu’à l’immobilité quasi-totale. Il s’ajoute à cela de citer les troubles de l’équilibre et de la coordination, affectant la stabilité posturale et amenant des risques de chute. En outre, on constate que ces symptômes habituels sont parfois accompagnés d’autres symptômes, cognitifs cette fois-ci, plus rares et moins notoires, tels les dépressions, psychoses ou démences.

Lors des premières manifestations, ces symptômes encore légers peuvent être confondus avec le vieillissement naturel de la personne et n’éveillent donc pas toujours les soupçons. Le diagnostic devient plus indéniable lorsque leurs effets s’aggravent et que l’on constate chroniquement des troubles moteurs plus importants. À ce moment-là, l’évolution de la pathologie a malheureusement déjà avancé en silence depuis plusieurs années.

À mesure que la maladie de Parkinson progresse, ses conséquences deviennent de plus en plus invalidantes pour la personne âgée. Elles rendent alors un tas de mouvements habituels compliqués et éprouvants, comme s’habiller, cuisiner, manger, conduire, écrire, tenir immobile un livre dans ses mains ou encore décorer le sapin de Noël ! Ces exemples de la vie courante ternissent profondément l’autonomie et la qualité de vie du senior.

Traitements

La maladie de ParkinsonDe nos jours, les chercheurs n’ont toujours pas trouvé le remède pour soigner les causes directes afin de guérir la maladie de Parkinson. On arrive seulement à soigner ses conséquences en diminuant les symptômes et en ralentissant assez efficacement sa progression.
Actuellement, les traitements médicaux disponibles consistent à donner de la dopamine aux patients pour compenser leur déficit. Celui-ci est engendré par la dégénérescence des neurones dopaminergiques censés produire la dopamine nécessaire au fonctionnement convenable du cerveau. Au désespoir des patients, ces traitements n’ont qu’un effet transitoire et les médecins constatent une accoutumance. Remarque, les traitements ne doivent pas être seulement médicamenteux. Il est important d’y associer les bienfaits de la kinésithérapie, de l’ergothérapie, voire même de la logopédie pour corriger les difficultés de maintien, d’équilibre et de déglutition.

On ajoutera tout de même qu’un nouveau modèle d’étude est mis en œuvre, s’appuyant sur la manipulation de cellules souches. Le défi est de reprogrammer génétiquement les cellules contenant tout le patrimoine génétique pour ensuite générer des neurones dopaminergiques afin de comprendre les anomalies moléculaires à l’origine de la maladie de Parkinson.

 

Lisez les principaux risques et complications de santé chez les personnes âgées :

 

Sources :
http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Probleme/Fiche.aspx?doc=maladie_parkinson_pm
http://www.medtronic.be/fr/votre-sante/maladie-parkinson/index.htm
http://www.saintluc.be/actualites/newsletters/064/index.php