Votre santé

Diabète : type 1 & type 2

Publié le 

diabète personnes âgées type

Le terme « diabète » désigne une anomalie compromettant le fonctionnement d’une hormone : l’insuline dans le cas d’un diabète sucré, l’hormone antidiurétique en cas de diabète insipide.

 

Qu’est-ce que le diabète ?

Lorsqu’on parle de « diabète », on sous-entend diabète sucré. Pourtant, le diabète est un terme général qui désigne un syndrome caractérisé par une augmentation de la production d’urine, nécessairement accompagné d’une soif excessive. Le mot « diabète » vient du grec ancien dia-baïno, qui signifie « passer au travers ». Il faut différencie deux groupes de maladie en cause : le diabète sucré (le plus fréquent) et le diabète insipide. Le diabète est toujours en rapport avec une anomalie touchant le fonctionnement d’une hormone : l’insuline en cas de diabète sucré et l’hormone antidiurétique en cas de diabète insipide.

Le diabète sucré

Le diabète sucré est une maladie chronique incurable qui apparaît lorsque le pancréas ne produit plus suffisamment d’insuline ou quand le corps ne parvient plus à utiliser efficacement l’insuline qu’il produit. L’insuline est une hormone produite par le pancréas qui permet au glucose contenu dans les aliments d’être utilisé par les cellules du corps humain. Elle agit comme une clef en permettant au glucose présent dans le sang de pénétrer dans les cellules qui pourront alors l’utiliser comme source d’énergie. Si l’insuline est insuffisante ou si elle ne remplit pas son rôle adéquatement, comme c’est le cas dans le diabète sucré, le glucose ne peut pas servir de carburant aux cellules. Il s’accumule alors dans le sang et est ensuite déversé dans l’urine. À la longue, l’hyperglycémie provoquée par la présence excessive de glucose dans le sang entraîne certaines complications, notamment au niveau des yeux, des reins, des nerfs, du cœur et des vaisseaux sanguins.

Le diabète insipide

Le diabète insipide est une maladie caractérisée par une soif excessive et l’excrétion de grandes quantités d’urine très diluée. Il est dû à une déficience en hormone antidiurétique ou à une insensibilité des reins. Il est nommé insipide car il n’y a pas de sucre dans les urines (les médecins goûtaient les urines avant le développement des techniques de biologie médicale).

Les types de diabète sucrés

Il existe différents types de diabète sucré dont les principaux sont le type 1 et le type 2. Parfois, le diabète se développe aussi pendant la grossesse (diabète gestationnel).

Quelle est la différence entre le diabète de type 1 et le diabète de type 2?

Lorsque le corps ne produit pas d’insuline, il s’agit du type 1 et lorsque les cellules ne répondent pas correctement à l’insuline il s’agit type 2.

Le diabète de type 1

Le diabète de type 1 se manifeste brutalement soit dès l’enfance, à l’adolescence ou chez les jeunes adultes (ou beaucoup plus rarement chez les personnes plus âgées). Il se caractérise par la disparition totale des cellules du pancréas qui produisent l’insuline. Il se manifeste par une émission d’urine excessive, une soif intense et un appétit anormalement augmenté. Il a aussi pour conséquence un amaigrissement malgré une prise de nourriture abondante, une hyperglycémie (c’est-à-dire un excès de glucose dans le sang). Les personnes diabétiques de type 1 dépendent d’injections quotidiennes d’insuline pour vivre. Il est actuellement impossible de prévenir ce type de diabète. Les recherches s’effectuent principalement vers la compréhension des mécanismes détruisant les cellules responsables de la production d’insuline.

Le diabète de type 1 en bref:

  • Une des maladies infantiles chroniques les plus répandues dans les pays développés.
  • Plus fréquente chez les personnes de moins de 30 ans, mais peut survenir à tout âge.
  • Aussi connu comme « diabète sucré insulino-dépendant » (DID) ou « diabète juvénile ».

Le diabète de type 2

Le diabète de type 2 ou « diabète non insulinodépendant » (DNID) (aussi appelé « diabète insulinorésistant » se manifeste généralement après l’âge de 40 ans mais il peut également apparaître dès l’enfance. La très grande majorité des personnes atteintes de diabète présentent ce type de diabète (90 % des cas).

Le « diabète de type 2 » se caractérise par une résistance à l’insuline de l’organisme et une hyperinsulinémie réactionnelle. Le pancréas fabrique de plus en plus d’insuline jusqu’à l’épuisement et lorsque la quantité d’insuline ne suffit plus à contrer les résistances, le taux de glucose devient anormalement élevé. Plus la quantité de glucose dans le sang est élevée (hyperglycémie) et pendant une longue période, plus les lésions ne risquent d’être nombreuses et sévères. C’est pourquoi il est dit que le diabète de type 2 est le type le plus sournois. Les symptômes peuvent passer inaperçus pendant plusieurs années. Malheureusement, quand il est diagnostiqué, le mal est fait.

Les peuples autochtones, les latino-américains, les asiatiques et les populations d’origine africaine semblent développer le diabète de type 2 plus que les autres. Une prédisposition génétique, un surplus de poids et le manque d’activité physique contribuent à l’apparition d’un diabète de type 2. Cependant, certaines études tendent à démontrer qu’une alimentation en trop grande quantité et riche en gras pourrait aussi être un facteur de risque.

En apportant des corrections importantes à nos habitudes de vie, il est possible de retarder l’apparition de la maladie et d’en diminuer l’impact.

Le diabète de type 2 en bref:

  • La plus fréquente après l’âge de 40 ans, bien que l’âge d’apparition peut être antérieure.
  • Souvent causée par un manque d’exercice ou un régime alimentaire malsain.
  • Trouvé plus fréquemment chez les personnes dont les parents proches souffrent de diabète.
  • Aussi connu sous le nom de « diabète non insulinodépendant » (DNID) ou « diabète insulinorésistant ».

Prévalence

En France on compte 2 millions de diabétiques (diabète sucré) dont 15 % sont diabétiques insulino-dépendants et dont 85 % sont non insulino-dépendants. En France l’on dénombre environ 3,5 % de diabétiques (soit 1.600.000 diabétiques connus et 400.000 diabétiques qui s’ignorent), mais aussi en Europe où le nombre de diabétiques est évalué à 30 millions.

Le diabète insulino-dépendant (type 1), qui survient le plus souvent avant l’âge de 20 ans, représente 10 à 15 % des diabètes sucrés. Le diabète non insulino-dépendant (type 2), qui survient le plus souvent après l’âge de 50 ans, représente 85 à 90 % des diabètes sucrés.

C’est le diabète non insulino-dépendant qui pose un problème de santé publique. Sa prévalence augmente parallèlement au vieillissement, à l’urbanisation, à la sédentarisation et au développement de l’obésité dans les populations des pays industrialisés.

Les symptômes du diabète

La plupart des gens ne montrent pas de signes ou symptômes du diabète de type 2 lorsqu’il commence à se développer. Des contrôles réguliers sont nécessaires pour diagnostiquer le diabète de type 2 précoce. Toutefois, lorsque le niveau de glucose dans le sang est particulièrement élevé, des symptômes identifiables peuvent se présenter; il s’agit notamment de la perte importante de poids, fatigue et manque d’énergie, soif excessive, besoin fréquent d’uriner, troubles de la vision et infections récurrentes telles que le muguet. Si ces symptômes apparaissent, il est essentiel de consulter un médecin. Ces symptômes peuvent arriver brusquement, comme c’est souvent le cas du type 1.

Comment gérer le diabète

Il n’existe aucun remède pour le diabète. Le traitement vise à prévenir les complications, de contrôler les niveaux de glucose dans le sang ainsi que la pression artérielle et le taux de cholestérol. Il est important d’avoir une hygiène de vie saine, de faire du sport et d’éviter le surpoids. Le traitement dépend du type de diabète.

Les options de traitement pour le diabète de type 1 sont les suivantes:

  • Injections d’insuline.
  • Alimentation saine et équilibrée.
  • Surveillance de la glycémie.
  • Activité physique.
  • Contrôles réguliers.

Les options de traitement pour le diabète de type 2 sont les suivantes:

  • Alimentation saine et équilibrée.
  • Activité physique.
  • Médicaments et (éventuellement) l’insuline à un stade ultérieur.
  • Gestion du poids.
  • Surveillance de la glycémie.
  • Suppression du tabac.
  • Contrôles réguliers.

 

Sources :

http://www.diabete.qc.ca/html/le_diabete/questcequedia.html
http://www.diabete-abd.be/ http://diabete.comprendrechoisir.com/comprendre/definition http://www.chups.jussieu.fr/polys/diabeto/POLY.Chp.1.html http://staging.aidsfordailyliving.com.au/learning/cat/diabetes/

 

Publié dans Diabète