Votre santé

Altération de l’odorat

Publié le 

Existe-t-il une corrélation entre l’âge et la perte de l’odorat ? Celle-ci est médicalement appelée « anosmie » et se définit par une perte de la sensibilité aux odeurs.

Quelquefois, cette diminution sensorielle ne touche que certaines odeurs et ses effets se confondent avec une perturbation des gouts, même si celui-ci correspond à des mécanismes différents.

Comme tous nos sens, l’odorat n’échappe pas au vieillissement. Sa dégénération commence à s’intensifier entre 65 et 70 ans pour finalement aboutir à une diminution olfactive plus conséquente vers 80 ans. Alliée à une perception affaiblie du gout, cette perte progressive de l’odorat participe elle aussi à la diminution de l’appétit des seniors.

On réalise souvent trop tard que les saveurs olfactives agrémentent la vie quotidienne bien plus que nous le pensions et leur absence est rapidement affligeante et peut mener à la dépression.

Causes de la perte de l’odorat

Plus de la moitié des cas de perte de l’odorat sont liés à une maladie de la muqueuse nasale ou des sinus. Le plus souvent, on retrouve les sinusites, rhumes, rhinites, ou polyposes.

D’autres facteurs dégénérescents peuvent être l’excès de tabac, une intoxication, une infection virale, les troubles neurodégénératifs ou un traumatisme crânien. Ces trois derniers impliquent un risque de perte d’odorat prolongée, voire davantage irréversible.

Conséquences

Qu’elle soit totale ou partielle, l’altération olfactive représente évidemment une épreuve pour toutes les personnes qui en vivent l’expérience. Imaginez ne plus être capable de sentir l’odeur des aliments, celle du café fraichement moulu, l’harmonie envoutante d’un parfum, d’un grand cru français ou tout simplement celle de votre fleur préférée ! Ce handicap constitue d’ailleurs même un danger au quotidien lorsque la personne concernée se trouve dans l’impossibilité de sentir les aliments périmés, la fumée provoquée par un début d’incendie ou encore une fuite de gaz.

Solutions

Heureusement, il est toutefois possible de retrouver les facultés perdues grâce aux traitements existants bien que rarement exploités. Les patients hésitent souvent à s’en plaindre en sont initialement convaincus à tort que les effets ne sont pas réversibles.
Lorsqu’une récupération est possible, le processus peut prendre quelques semaines à plusieurs mois. La personne doit donc être patiente et poursuivre correctement l’entrainement de son odorat. Vous pouvez faire celui-ci seul, au quotidien, en vous exposant régulièrement à une odeur pour solliciter votre mémoire olfactive. Dès que vous en avez l’occasion, profitez-en pour entrer dans tous les lieux riches en odeurs à l’instar des parfumeries, restaurants exotiques, fromageries, boutiques de thé,… ou testez simplement des sources odorantes familières comme la menthe, les épices de cuisine, vos aliments, plantes ou tout ce qui vous donne envie. En stimulant le cerveau, ces exercices simples et à pratiquer sans modération sont le meilleur moyen pour récupérer son odorat.

Compréhension des différentes altérations sensorielles :